« Papas-papys », y a du fric à faire

Publié le 31 octobre 2011 par Jean Yves Ruaux.

sarkozy 250_001
-C’est quoi, un papa-papy ? C’est le président de la République, Nicolas Sarkozy, 56 ans, père de Giulia depuis le 21 octobre, père de trois garçons et grand-père. -Alors, Carla Bruni, c’est une maman-mamie ? -Ne lui dîtes pas ça, elle va vous arracher les yeux. Elle est une « jeune femme qui a eu une grosse tardive » [...]

-C’est quoi, un papa-papy ?
C’est le président de la République, Nicolas Sarkozy, 56 ans, père de Giulia depuis le 21 octobre, père de trois garçons et grand-père.
-Alors, Carla Bruni, c’est une maman-mamie ?
-Ne lui dîtes pas ça, elle va vous arracher les yeux. Elle est une « jeune femme qui a eu une grosse tardive » (44 ans)
-Je ne saisis pas la différence.
-Il n’y en a pas, mais c’est très compliqué car les boomers brouillent les âges et la succession des générations. Les grands-mères sont séduisantes et séduisent. Au même âge, elles ressemblent plus à leur fille qu’à leur propre mère.
-Tout de même !
-Contentez vous de constater que l’âge initial et l’âge limite des grossesses recule. Aujourd’hui 5% des pères ont plus de 45 ans soit, trois fois plus que dans les années quatre-vingt. Et que le tout crée un nouveau segment de marché.
-Et alors ?
-Il serait juste bon d’étudier le profil des mères tardives qui souvent comme Carla Bruni, Anne Lauvergeon, ont longtemps privilégié leur carrière ou connu le grand amour au moment où leurs propres mères décrochaient.
-Tout de même ! On ne s’y retrouve plus.Les sociologues parlent de « pères tardifs », les chroniqueurs de « papa papy » , de « nouveau baby boom » et de « papy boom » en attendant le « papy crash » !
-Vous avez oublié les « femmes cougars » et les « start over dads » américains.
-Pas du tout, les marketeurs auront à revoir leur segmentation car les« jeunes femmes ayant eu une maternité tardive » et les « start over daddies » sont plus nombreux dans les catégories socio professionnelles supérieures que dans le prolétariat. Donc, économiquement très intéressants.
-Et alors, il y a aussi des inconvénients ?
-Toute médaille a son revers. Les enfants de pères tardifs peuvent nourrir des complexes, ceux de mères tardives se révéler plus fragiles. Mais leurs parents auront souvent plus de temps à leur consacrer : leur carrière est souvent déjà jouée, ils ont envie de profiter de la session de rattrapage que la vie leur offre pour gratifier davantage leurs jeunes enfants.
-Vous croyez vraiment à ce que vous dites ?
-Parfaitement, pour les marketeurs astucieux, il y a du fric à faire. Et tout va encore mieux pour les enfants de célébrités. Les petits Sarkozy, de Caunes, Domenech, Noah, Clerc (Julien). Le start over daddy a tellement de choses à raconter.
-Qu’il soit célèbre ou pas, d’ailleurs.
-Vous avez parfaitement raison. D’autant plus qu’il a envie de se raconter.
-Ce qui fait aussi du business pour les « nègres »de l’édition et les écrivains publics.
-Exactement. Il n’y a pas de petits profits.

Cette entrée a été publiée dans Le billet. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Vous devez être enregistré pour écrire un commentaire.